Bamako

Bamako est la capitale et la plus grande ville du Mali. Dotée d’un important port fluvial sur le Niger et centre commercial rayonnant sur toute la sous-région, la ville est aussi le principal centre administratif du pays et compte 2 529 300 habitants en 2020, appelés Bamakois. Son rythme de croissance urbaine est actuellement le plus élevé d’Afrique (et le sixième au monde). La capitale Bamako est érigée en district et divisée en six communes dirigées par des maires élus. Adama Sangaré est le maire du district de Bamako et qui avait été écroué dans le cadre d’une enquête anti-corruption en 2019.

Mopti

Mopti est une ville et une région au centre du Mali, chef-lieu du cercle et de la région de Mopti.
Mopti, surnommée « la Venise du Mali », est située au confluent du Niger et de son affluent le Bani. C’est à ce titre un port fluvial actif par lequel transitent personnes et biens. C’est également un grand chantier naval sur le fleuve où
plusieurs fabriques de pirogues emploient de nombreux artisans.
La Grande mosquée de Mopti, d’architecture soudanaise et appelée communément mosquée de Komoguel, a été construite entre 1933 et 1935 sur l’emplacement d’une précédente mosquée érigée en 1908. Mesurant 31 mètres de long sur 17 de large, elle est bâtie en briques et recouverte de banco (terre crue).
La ville et la région de Mopti sont desservies par L’aéroport international de Mopti Ambodédjo à Sévaré, qui  accueille le poste de commandement opérationnel de la force G5 Sahel.

Tombouctou

Tombouctou est une région du Mali, située à une douzaine de kilomètres du fleuve Niger et chef-lieu du cercle de
Tombouctou et de la région de Tombouctou.
Surnommée « la ville aux 333 saints » ou « la perle du désert », il s’agit d’une ville historique de renommée mondiale,
classée par l’UNESCO à plusieurs titres au patrimoine mondial de l’humanité1.
Tombouctou est située à proximité de la boucle du fleuve Niger, au point où celui-ci se rapproche le plus du Sahara.
Elle bénéficie d’un climat désertique chaud en saison sèche « hivernale », typique de la zone saharo-sahélienne qui
marque la transition progressive entre le Sahara, espace aride ainsi que le Sahel, espace semi-aride. Le climat y est
extrêmement aride pendant une bonne partie de l’année avec neuf mois où les précipitations moyennes sont
inférieures ou égales à 20 mm. La très longue saison sèche est elle-même subdivisée en une saison très sèche et chaude
qui dure de novembre à mars et en une saison sèche et très chaude qui dure d’avril à juin.

Gao

Gao est une ville du Mali fondée au VIIe siècle au temps de l’empire de Gao. Elle doit sa prospérité à sa situation de
carrefour fluvial et caravanier. La « route des chars » qui part au Ve siècle avant l’ère commune du Fezzan (Libye
actuelle) au fleuve Niger s’achève dans les environs de l’actuelle Gao1. Le site est donc, dès l’Antiquité, en situation de carrefour entre le Sahel et les régions du centre saharien.
La ville de Gao possède un aéroport international ouvert une grande partie de l’année. Elle reste une voie de
communication importante sur le fleuve Niger où transitent hommes et marchandises.
Le tourisme prend de plus en plus d’importance et constitue une source importante de revenus. La ville possède en effet un patrimoine notable, notamment avec le tombeau des Askias inscrit au patrimoine de l’UNESCO depuis janvier 2005.
La dune rose, nommée ainsi en raison des lumières du coucher du soleil, le long du fleuve Niger est située aux portes du désert, et constitue également une attraction pour les visiteurs qui descendent le fleuve.

Kayes

La région de Kayes est la première région administrative du Mali. Elle s’étend sur 120 760 km2. Son chef-lieu est la ville de Kayes.
La région de Kayes est limitée au sud par la Guinée, à l’est par la région de Koulikoro, au nord par la Mauritanie et à
l’ouest par le Sénégal.
Plusieurs fleuves et rivières traversent la région : le Baoulé, le Bafing et le Bakoye qui se rejoignent à Bafoulabé pour
former le Sénégal. Dans la région se trouvent les chutes du Félou (à 17 km de Kayes), les chutes de Gouina (à 82 km au sud-est de Kayes sur le fleuve Sénégal), le lac Magui et le lac de Doro.
En 1855, Faidherbe, gouverneur du Sénégal, fait construire un fort à Médine En 1892, Kayes devient la capitale du Haut Sénégal-Niger. La construction de la ligne du chemin de fer de Dakar au Niger, inaugurée en 1904, fait de Kayes une ville-carrefour. Dès lors, le chemin de fer prend une place importante dans la vie des habitants.